Jean-Claude Di Ruocco

Jean-Claude Di Ruocco J'ai retrouvé soudain tous les mots perdus, au vent du quotidien, qui lentement me tue.

Poète, Écrivain, Chroniqueur littéraire

Jean-Claude Di Ruocco

Publié le 06/06/2012

Un homme seul

Jean-Claude Di Ruocco

Extrait de : UN HOMME SEUL

2003 - EDR - isbn 3-9505634-5-7 - Couverture Luc Brahy ©1997


J’étais un homme perdu
au vent glacé du quotidien,
comme ces chiens que l’on tue
bien qu’ils nous aient léché la main.

Sait-on combien de souffrances,
combien de tristes concessions,
acceptées et en silence,
pour que se meurent mes illusions ?

J’étais un homme oublié,
comme le sont les bonnes résolutions,
une fois l’euphorie passée
des serments que nous faisions.

Sait-on combien de colères
dans les voiles de mes luttes,
au vent glacé de ces chimères
qui ont précipité ma chute ?

J’étais un homme dérisoire,
croyant n’en faire qu’à sa tête,
portant le joug de l’éteignoir
comme une simple marionnette.

Sait-on combien de solitudes
sous le vernis de ma révolte
pour oublier la servitude
qui m’écrase sous sa botte ?

Je suis un homme condamné
à regarder passer l’existence,
semblable à ces chevaux exténués
qui ne connaissent que l’obéissance.

Jean-Claude Di Ruocco 

Commentaires (0)

    Derniers articles